EN FLASH
Afrique

 Cameroun : L’Alliance évangélique comme un pont vers la réconciliation post-coloniale

Annonces
Notre page Facebook
Événement à la Une
Vidéo à la Une
Getting your Trinity Audio player ready...

L’Église évangélique camerounaise a besoin de retrouver son visage historique, afin de renforcer son identité ecclésiale et sociétale.

Fin février, je me suis rendu au Cameroun en Afrique centrale et occidentale.

Le coordonnateur régional du Réseau pour la Paix et la Réconciliation et chef de l’Association camerounaise de développement international (DAI), Benvictor Dibankap, m’a invité avec le secrétaire général de l’Alliance évangélique au Cameroun, Dr Jean Li Libom Likeng, à tenir des consultations sur le thème de la réconciliation entre les régions francophones et anglophones du pays, longtemps disputées.

Les réunions ont eu lieu à Yaoundé, la capitale du Cameroun, au Centre SIL (francophone) et à Limbé, à l’Église baptiste Emmanuel Bota (anglophone).

Les réunions ont réuni 20 à 30 dirigeants de différentes dénominations et ministères évangéliques des deux parties de la population.

Cameroun – population croissante, nombreuses églises et conflits.

Le Cameroun est situé en Afrique centrale et possède à bien des égards tout ce qui constitue le continent africain.

Il y a de hautes montagnes, des vallées profondes, des forêts tropicales et des déserts secs, une des plus belles côtes de l’Atlantique et, surtout, une des populations les plus jeunes du monde.

Sur les 26 millions d’habitants [1], près de 43 % ont moins de 15 ans. [2] Le pays abrite des représentants de plus de 200 groupes ethniques différents et plus de 400 000 réfugiés des pays voisins comme le Nigeria, le Tchad et le Centre. République africaine. [3]

Il y a 285 langues parlées dans le pays. [4] Les deux langues coloniales, devenues aujourd’hui langues nationales du Cameroun, sont parlées par 80 % de français et 20 % d’anglais.

Au Cameroun, environ 69,2 % de la population sont chrétiens, dont environ 38,4 % sont catholiques romains et 26,3 % protestants, dont la plupart ont des opinions évangéliques et sont membres de l’Alliance évangélique du Cameroun. 20% de la population est musulmane

La proportion de la population adhérant aux religions traditionnelles africaines est inférieure à 10 %. 5 La sorcellerie est répandue dans le pays, y compris dans les églises. [6]

Comme d’autres pays africains, le Cameroun est fortement influencé par son passé colonial. Entre 1884 et 1919, le pays était sous protectorat allemand puis britannique et français.

Durant la période coloniale allemande, le Cameroun a perdu des dizaines de milliers d’objets culturels et artistiques, dont environ 40 000 se trouvent aujourd’hui dans des musées allemands. [7]

La France a mené une politique d’assimilation massive. L’utilisation des langues locales dans les écoles a été interdite. La mobilité a également été restreinte après 1929 en raison de la crise économique mondiale et un statut de travail forcé a été imposé, qui n’est pas sans rappeler le système de travail forcé allemand d’avant la Première Guerre mondiale.

À partir de 1945, les mouvements de liberté se sont battus pour l’indépendance de la partie française du Cameroun vis-à-vis de la France.

En 1960, le Cameroun est finalement devenu une république indépendante et en 1961, la partie britannique du pays est également devenue indépendante, et les deux parties ont fusionné pour former la République fédérale du Cameroun.

Tensions, troubles, guerre aujourd’hui.

Le premier président du Cameroun, le musulman Ahmadou Ahidjo, a établi une dictature à parti unique dans le pays peu après l’indépendance.

En termes de politique étrangère, il a étroitement aligné les dirigeants du pays sur ceux de la France. Avec l’aide du soutien secret et manifeste de la France et d’une répression brutale, Ahidjo a réussi à consolider son régime.

Le 1er septembre 1966, le parti unique Union Nationale Camerounaise (UNC) est fondé, connu depuis 1985 sous le nom de Rassemblement démocratique du Peuple Camerounais ou Mouvement démocratique du peuple camerounais (RDPC).

En 1972, un référendum a eu lieu sur la future forme de gouvernement. En conséquence, la République fédérale du Cameroun a été transformée en un État unitaire, la République Unie du Cameroun.

Le 6 novembre 1982, Abidijo est démis de ses fonctions et le Premier ministre Paul Biya devient son successeur. Il a remporté les élections de 1984, promettant une démocratisation en profondeur du pays et davantage de justice sociale.

Cependant, ce n’est qu’en 1992 que Biya a autorisé d’autres partis à entrer dans le pays. Grâce au soutien français et à un jeu habile avec ses opposants politiques, Biya a pu conserver sa majorité au Parlement jusqu’en 1997 et a été confirmé aux élections de la même année.

Depuis l’indépendance, en particulier la création d’un État unitaire et le changement de nom de la « République-Unie du Cameroun » en République du Cameroun en 1984, des tentatives répétées ont eu lieu pour imposer une autonomie dans la partie anglophone du pays.

Le Conseil national du Sud Cameroun et le Front uni du Consortium Ambazonia du Sud Cameroun (SCACUP) se battent pour un État d’Ambazonie, dont le nom est dérivé du nom local Ambas Bay de l’estuaire du Cameroun.

La République d’Ambazonie a été proclamée pour la première fois en 1984. Des manifestations ont eu lieu de 2016 à 2018. En 2017, elles ont été réprimées dans le sang par l’armée. Il y a eu des morts et des blessés. [8]

Depuis, ni les tensions ni les conflits armés n’ont cessé. Les protestations contre le vieux président Paul Biya et son économie de fortune soutenue par la France se font de plus en plus fortes.

Consultations PRN : Réconciliation et acceptation du passé.

Nos consultations ont débuté le 27 février dans la capitale Yaoundé. Entre 20 et 30 dirigeants y ont participé.

Le véritable problème est apparu dès le premier jour. Le peuple camerounais est accablé par le lourd fardeau de l’ère coloniale.

Dès le début, la majorité francophone du pays était au pouvoir. Le président francophone Paul Biya a dirigé le pays pendant plus de quarante ans, supprimant successivement les droits de la population anglophone, dissolvant ses structures et négligeant ses opportunités éducatives et culturelles dans les villes.

Au grand dam de la population, le gouvernement poursuit une grande proximité politique et économique avec la France. Selon l’opinion unanime de la plupart des participants à la consultation, la France a toujours la main dans la plupart des décisions du gouvernement et de l’économie.

La colère de la population anglophone est dirigée contre cette dépendance politique. Ils ne sont peut-être plus une colonie, mais l’ancienne puissance coloniale a partout son mot à dire.

La résistance armée dans le nord-ouest a déjà fait de nombreuses victimes. Et on craint même une guerre ouverte.

Dans nos conversations, le traumatisme réel des peuples – la domination coloniale elle-même – a rapidement éclipsé les conflits actuels. À maintes reprises, des hommes et des femmes ont dénoncé les atrocités commises par les autorités coloniales françaises et l’armée.

Ma famille a été réinstallée de force vers l’Est, je suis né dans un pays étranger et aujourd’hui je ne sais même plus à quelle tribu j’appartiens“, a déclaré l’une des personnes présentes. “Parfois, j’ai l’impression de vivre dans un pays étranger où j’ai dû apprendre une langue étrangère. Si je suis honnête, mon cœur n’est pas exempt de haine.

Et ce pasteur évangélique n’était pas le seul. Un dirigeant des églises pentecôtistes, dont la famille a perdu tous ses biens au profit des Français, s’est plaint amèrement de ses sentiments à l’égard des Français, du gouvernement français ainsi que de l’autocratie du président Biya.

“Si les Français interviennent ici, comme ils l’ont fait récemment au Mali, j’abandonnerai mon ordination de pasteur, je prendrai une arme et je tuerai tous les Français qui croiseront mon chemin.” L’homme avait les larmes aux yeux.

D’autres ont également parlé ouvertement de leurs sentiments. Presque tous étaient des francophones ayant fréquenté des écoles de langue française et donc assimilés aux yeux du gouvernement, mais la douleur de l’injustice coloniale, qui perdure encore aujourd’hui de la part de la France, est profonde et sape les forces et l’énergie.

Nous avons prié les uns pour les autres et j’ai raconté aux participants ma propre histoire familiale de persécution dans l’ex-Union soviétique, la profonde haine dans mon cœur envers les Russes soviétiques, qui ont tué mes grands-pères et de nombreux autres proches.

Quatre fois, ma famille a perdu tous ses biens et possessions. Et j’ai moi-même été emprisonné, torturé et j’ai failli mourir dans un camp de travail soviétique. Il y avait plus d’une raison de haïr. Mais Dieu m’a fait grâce lorsque j’ai vidé mon cœur à la croix de Jésus et il m’a libéré de ma haine. [9]

J’ai pu pardonner et aimer les Russes aujourd’hui avec l’amour de Jésus. Certains participants en difficulté ont décidé de suivre mon exemple et Jésus a fait un miracle dans leur cœur. Le processus de réconciliation a commencé.

Mais dans le même temps, il est également devenu évident que les nombreux chrétiens du pays n’ont pas une voix commune dans la société.

La plupart des chrétiens évangéliques du pays sont paralysés parce que leurs dirigeants sont trop profondément impliqués dans la corruption omniprésente au sein de l’État et de la société.

Nous avons convenu que l’Alliance évangélique du Cameroun devrait créer un groupe de travail pour faire face aux conséquences postcoloniales et démarrer un groupe de travail pour la réconciliation et la paix dans le pays.

À Limbé, sur la côte atlantique, nous avons mené notre deuxième consultation auprès de participants anglophones. La dynamique apparue à Yaoundé s’est répétée ici aussi.

Nous nous sommes rencontrés dans l’une des plus grandes congrégations baptistes de la ville, l’Église baptiste Emmanuel. Des histoires de discrimination de la part du gouvernement francophone et du rôle subversif que joue la France dans tout cela ont été racontées.

Mais comme à Yaoundé, ici aussi, c’est l’expérience coloniale qui a éclipsé la douleur des tensions dans le pays. On s’est également rendu compte qu’en raison des politiques coloniales et postcoloniales, les Églises se retrouvent littéralement sans histoire propre.

Un besoin croissant de rapatriement des documents missionnaires et autres objets historiques au Cameroun a été exprimé et la création d’un institut historique au Cameroun a été discutée.

Toutes les consultations à Yaoundé et à Limbé ont été accompagnées d’une prière intensive.

Quelle est la prochaine étape ?

Ma visite au Cameroun a mis en évidence les prochaines étapes suivantes pour l’Alliance évangélique du Cameroun.

Premièrement, l’Alliance évangélique du Cameroun établira un groupe de travail pour la paix et la réconciliation. Le coordonnateur du PRN pour l’Afrique centrale, Benvictor Dibankap, coordonnera le processus. PRN Global assistera le processus là où cela est nécessaire.

Deuxièmement, l’exemple du pèlerinage de paix en Afrique du Sud a motivé les participants à lancer quelque chose de similaire. dix

PRN Global est appelé à apporter son aide dans ce domaine, en particulier en ce qui concerne les anciennes puissances coloniales, la France, l’Angleterre et l’Allemagne, et à motiver les alliances évangéliques de ces pays à entamer un processus de réconciliation et à soutenir le retour des objets historiques au Cameroun.

Troisièmement, les participants demandent à la WEA de contribuer à un processus de création d’un institut et d’archives historiques afin de constituer une collection de documents historiques sur l’histoire de la mission et du mouvement chrétien au Cameroun.

L’Église évangélique camerounaise a besoin de retrouver son visage historique, afin de renforcer son identité ecclésiale et sociétale.

Enfin, les participants invitent le mouvement évangélique mondial à prier pour le Cameroun, pour une véritable indépendance vis-à-vis de la France, un gouvernement juste et une identité nationale inclusive.

L’Église camerounaise a besoin du soutien de la prière dans son engagement dans la société et la politique, car un tel engagement nécessitera du courage et de la clarté, une voix unifiée et une autorité spirituelle.

Remarques

1. Population totale. Dans : Base de données des Perspectives de l’économie mondiale. Banque mondiale , 2022.

2. Perspectives de la population mondiale 2019, Volume II : Profils démographiques. (New York : Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population.

3. HCR : Profil des opérations pays du HCR 2015 – Cameroun.

4 SIL : Cameroun – Langues, In : . https://www.ethnologue.com/country/CM/langues

5. Etat et structure de la population : indicateurs démographiques. Institut national de la statistique du Cameroun, archivé depuis l’ original le 19 mai 2011 ;

6. Joana Breinbach : Les sorcières dévorent l’État

7. Richard Tsogang Fossi : Le « Cameroun » devient allemand. Histoire d’une suppression manipulatrice. Dans : Mikaél Assilkinga et al. (éd.) : Atlas des absences. Le patrimoine culturel du Cameroun en Allemagne. (Berlin : Reimer 2023, 40).

8. Dionne Searcey : Alors que les anglophones du Cameroun se battent pour se séparer, la violence monte. Dans : New York Times , 28 juin 2018.

9. Voir à ce propos mon livre : Johannes Reimer : Liberty in Confinement : A Story of Faith in the Red Army. (Winnipeg : Kindred Press 2000).

10. Voir rapport dans : Johannes Reimer : Pèlerinage de grâce – Réconciliation en Afrique du Sud. Dans : Focus évangélique, 4.10.2022

Source & Crédit Photo : Evangeliques.info

Plus d'articles similaires