EN FLASH
Actualité

En Écosse : La police et les prédicateurs de rue cherchent à prévenir les incidents haineux

Annonces
Notre page Facebook
Événement à la Une
Vidéo à la Une
Getting your Trinity Audio player ready...

Un prédicateur de rue a été arrêté à tort et a obtenu 15 000 £ de dommages et intérêts et de frais de justice, mais la police a enregistré un « rapport d’incident haineux non criminel » contre lui.

La police écossaise a payé d’importantes dommages et intérêts à Angus Cameron, un prédicateur de rue et ancien pasteur qui a été injustement détenu à Glasgow en 2022.

Il a reçu 5 500 £ de dommages et intérêts, ainsi que 9 400 £ de frais de justice. Il a fait don de la totalité de sa compensation à l’Institut Chrétien , qui lui a fourni une assistance juridique.

Détenu à tort

Cameron prêchait dans le centre-ville de Glasgow, lorsqu’« il a été fouillé sur la route, bien en vue, et placé à l’arrière d’un fourgon de police pendant plus d’une heure », a déclaré Simon Calver du Christian Institute. Le prédicateur a ensuite été relâché.

La police a déclaré qu’il avait été arrêté pour « atteinte à l’ordre public avec aggravation homophobe », mais elle l’a appelé deux jours plus tard pour lui dire qu’il ne serait pas poursuivi. Cependant, les policiers ont enregistré un « rapport d’incident haineux non criminel » contre lui.

« Même s’il savait pertinemment que la plainte déposée contre lui ne constituait pas une infraction pénale, sa réputation doit être associée à la « haine » et à une criminalité potentielle dans les dossiers de police », a déclaré Calvert.

« Sa prédication ne ciblait pas des individus ; il l’a fait. “Il n’a pas utilisé de langage offensant ; il n’a pas été agressif ; il n’a pas essayé d’offenser ; il a simplement cité la Bible . Il n’y avait aucune criminalité du tout“.

Une « Charte des prédicateurs de rue »

La police écossaise a récemment annoncé qu’elle révisait sa politique et examinait les orientations du College of Policing sur les incidents haineux non criminels .

Dans ce contexte, le Christian Institute a proposé « toute l’aide et l’assistance constructives que nous pouvons apporter ». Le groupe élabore actuellement une « Charte des prédicateurs de rue », qui vise à parvenir à « un accord entre la police et les prédicateurs sur la liberté d’expression, et d’encourager les « meilleures pratiques » des deux côtés ».

Ils espèrent « faire appel et travailler avec ceux que Dieu a appelés à ce ministère public, pour s’assurer qu’ils prêchent en connaissant leurs droits légaux et pour les aider dans leur témoignage au nom des églises locales », a souligné Simon Calvert.

Cela « bénéficierait également à nos discussions avec les autorités locales alors que nous essayons de les aider à améliorer leurs connaissances religieuses et la qualité de la formation de leur personnel sur la manière de dialoguer avec les prédicateurs de rue».

Source & Crédit Photo : Evangelicalfocus.com

 

 

 

 

Plus d'articles similaires