EN FLASH
Afrique

Ouganda : Le président Among demande à l’Église de prier pour la 11e législature

Annonces
Notre page Facebook
Événement à la Une
Vidéo à la Une
Getting your Trinity Audio player ready...

La présidente Anita Among a imploré l’Église de prier continuellement pour la 11e législature pour une bonne santé.

Parmi ceux qui prenaient la parole lors des funérailles en l’honneur de la députée Dokolo décédée, l’honorable Cecilia Ogwal, à la cathédrale All Saints de Kampala, a déclaré mardi 23 janvier 2024 que la 11e législature avait perdu quatre députés en exercice en l’espace de deux ans et demi.

« J’exhorte l’Église à prier pour nous, députés. Là où nous aurions pu faire du tort, nous demandons pardon », a déclaré Among.

En mars 2022, le Parlement a perdu son président, Jacob Oulanyah, et en décembre de la même année, le député du comté de Serere, l’hon. Patrick Okabe est décédé dans un accident de la route.

En mai 2023, le ministre d’État chargé du Travail, le colonel Charles Engola Macodwogo Okello (Rtd), a été tué par son garde du corps.

Parmi eux, Ogwal était un défenseur des droits des femmes et un ambassadeur du secteur de la santé.

« Elle était une nationaliste, une patriote et une guerrière de prière. Elle appréciait les valeurs familiales et je me souviens que lorsque nous débattions du projet de loi anti-homosexualité, elle s’était prononcée avec audace contre le mariage homosexuel », a déclaré Among.

Le révérend Onesimus Asiimwe, évêque du diocèse de North Kigezi, qui représentait l’archevêque de l’Église d’Ouganda, Mgr Stephen Kazimba Mugalu, a déclaré que feu Ogwal était une législatrice spirituelle qui se préparait au repos éternel même de son vivant.

« Elle était une voix très forte pour les filles sans voix et marginalisées… L’hon. Cecilia était une grande législatrice, elle était éloquente et chaque fois qu’elle prenait la parole au Parlement, elle exprimait avec compétence les besoins de sa circonscription », a déclaré le révérend Asiimwe.

Il a ajouté que la défunte avait une audace rare et restait pourtant une épouse et une mère humble et soumise.

« Avoir tout ce paquet en une seule personne est un cadeau de Dieu… En bref, l’hon. Cecilia est partie trop tôt », a-t-il déclaré, ajoutant que la législatrice déchue défendait les valeurs familiales et le caractère sacré du mariage et exhortait la famille à conserver son héritage.

« Aux enfants, prenez le relais et courez avec son héritage », a-t-il déclaré.

Au nom du mouvement des femmes, l’hon. Miria Matembe, une militante des droits des femmes et ancienne députée, a exprimé sa douleur d’avoir perdu l’hon. Ogwal, qu’elle a décrit comme l’épaule d’espoir pour beaucoup.

« C’est la seule personne qui a vécu selon l’hymne national de l’Ouganda – Pour Dieu et mon pays. Elle a réussi aux trois niveaux ; vécu selon les principes divins, réussi au niveau public et même au niveau familial », a-t-elle déclaré.

Lameck Ogwal, le mari de feu Ogwal, se souvient de sa femme comme d’une grande femme et d’une mère qui n’a jamais entretenu aucun esprit de désobéissance.

« À un moment donné, alors qu’elle était au Parlement, elle a demandé au Président de clore le débat car il était plus de 19 heures et elle devait aller nourrir son mari. Elle était non seulement une bonne épouse, mais aussi une mère formidable », a déclaré Lameck.

Le Dr Rosemary Alwoc, le premier enfant de la défunte, a déclaré que sa mère s’était beaucoup inspirée de sa foi chrétienne en matière d’amour et de famille.

«C’était une mère très aimante; elle a adopté des enfants et s’est même occupée des enfants de la famille élargie. L’amour qu’elle a appris de sa foi s’est transposé dans sa famille », a-t-elle déclaré.

Le cercueil d’Ogwal sera transporté dans le district de Dokolo pour un autre service religieux à son domicile dans le sous-comté d’Adok et par la suite, une veillée nocturne. Elle sera inhumée samedi dans le district de Kole.

Source & Crédit Photo : Ugchristiannews.com

Plus d'articles similaires